Boomerang

Michael Lewis

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Fabrice Pointeau

Après Le Casse du siècle, Michael Lewis nous propose un voyage dans « le nouveau tiers-monde » : l’Europe.

La crise qui s’est abattue sur la planète depuis 2008 a eu de nombreuses conséquences, dont l’une des plus notables est l’écroulement financier progressif de quelques pays européens. Nous savons quelle est aujourd’hui la situation en Grèce et en Irlande. Nous avons entendu les avertissements concernant l’Espagne, l’Italie et le Portugal. Du haut de leur triple A, la France et l’Allemagne paraissent sauves. C’est du moins ce qu’on nous dit.

Michael Lewis a donc décidé de faire un tour d’Europe afin de juger de la situation sur le terrain. Et les séquelles humaines, sociales et financières de la crise qu’il a constatées sont pour le moins saisissantes. Entre les États les plus touchés, qui peu à peu commencent à s’apparenter à de véritables pays du tiers-monde, et ceux qui sont encore épargnés, dont l’inconscience est difficile à croire, le tableau est éloquent.

Avec le ton inimitable, d’une singulière pertinence économique et d’une humanité rare, qui a fait le succès du Casse du siècle, Michael Lewis confirme dans ce portrait tragi-comique de l’Europe contemporaine qu’il est l’un des analystes les plus remarquables de sa génération.

 

Michael Lewis est né à La Nouvelle-Orléans en 1960. Il a travaillé comme investisseur, au milieu des années quatre-vingt, pour la banque Salomon Brothers, expérience qui lui a donné la matière de son premier livre, Poker menteur (Dunod, 1990), comparé, lors de sa sortie, au Bûcher des vanités de Tom Wolfe. Il est aujourd’hui journaliste à Vanity Fair. Après Le Casse du siècle (2010), Boomerang est son deuxième ouvrage à paraître chez Sonatine Éditions.

 

ISBN : 978-2-35-584111-8 • ISBN numérique : 978-2-35-584138-5 • Format : 14 X 22 cm • Nombre de pages : 211 • Prix public : 20,60 euros • Mise en vente : 22 mars 2012 • Interforum : 522 535 / Prix, dates de parution, éléments techniques, couvertures, photos et crédits non contractuels

La presse en parle

À propos du Casse du siècle :

« Personne n’écrit sur la finance et l’argent avec un tel sens de l’humain et du romanesque. Michael Lewis est notre nouveau Tom Wolfe. »
The New York Times

« Lewis décortique le système en moraliste autant qu’en analyste. C’est de loin le meilleur ouvrage sur la crise. »
Le Monde

À propos de Boomerang :

« L’auteur, inaugurant le "tourisme de désastre financier", a enquêté en Irlande, en Islande, en Allemagne, en Grèce et en Californie. Il a rencontré ministres et banquiers, certes, mais aussi, ce qui donne une verve certaine au récit, des moines grecs affairistes, un pêcheur de morue islandais s’improvisant trader en devises, un pompier américain dans une ville fantôme, un promoteur irlandais déchu, un spéculateur évoquant les "banquiers stupides à Düsseldorf" qui achetaient des actifs pourris. Un jeu de massacre. »
Yves Bourdillon, Les Échos

« Narration, information, portraits, réflexions : c’est à notre sens un modèle absolu de journalisme, qui nous a rendus verts de jalousie. »
XXI

Commentaires